top of page
Rechercher

Participer du grand tout.


On espère toujours toucher le plus grand nombre, mais c’est l’individu isolé qui compte. Les gens ça n’existe pas. Avancer juste pour soi ou pour sa famille c’est engendrer de la souffrance tout au long. C’est trop petit comme démarche. Ça n'englobe pas assez le reste de l’humanité et la souffrance des autres.

Ce n’est pas le tout d’arriver en Martinique à la voile depuis l’autre monde, on se demande bien ce qu’on va faire à présent. Contempler l’existence fait prendre du recul. On se découvre un peu plus chaque jour. On cerne un peu mieux la nature humaine. Il faut bien partager tout ça ensuite.



Il y a tant de choses à comprendre. On sent bien qu’on a pris de l’avance sur tous les sujets, et que les autres sont à la traîne, en manque d’inspirations. Vouloir encourager l’élévation de l’esprit semble ambitieux. On pourrait pourtant contribuer. On ne peut pas juste contempler la vie, il faut aussi restituer, partager, rendre les choses meilleures, participer du grand tout et apporter sa pierre à l'édifice. Et puis il faut trouver sa place, se frayer un chemin, créer de la valeur, et ne pas juste bosser pour bouffer. Ça semble une évidence n'est-ce pas ?


On espère toujours toucher le plus grand nombre, mais c’est l’individu isolé qui compte. Les gens ça n’existe pas. Avancer juste pour soi ou pour sa famille c’est engendrer de la souffrance tout au long. C’est trop petit comme démarche. Ça n'englobe pas assez le reste de l’humanité et la souffrance des autres. Il faut percer la nature humaine, et la dépasser. Faute de quoi on devient stérile et égoïste. On passe à côté de l’opportunité et on devient prisonnier de soi-même, agonisant à petit feu. On en crève d’être soi-même, on suffoque, il faut le voir bien en face. Ce n’est pas juste des mots ni de la soupe intellectuelle. C’est bien réel.


On entend de la techno provenant de la plage, c’est la fiesta ce soir. C’est une boîte de nuit à ciel ouvert. Le week-end, les Antillais viennent en famille faire la fête sur la plage. Il ne faut pas avoir envie de dormir tôt. La musique, c’est du bruit pour distraire. À la longue, ça abrutit. Le jour se lève à 6 heures et se couche aussi à 6 heures. Du coup, on a tendance à se coucher tôt.


On va avancer pour découvrir de nouveaux horizons, de nouveaux points de vue. On va aussi avancer pour faire de nouvelles rencontres, et s’apercevoir que l’individu est le même partout. Il œuvre pour lui-même, faisant cavalier seul pour arriver avant les autres, sans grande générosité. Sauf quelques rares individus.


Les véritables découvertes viennent de l’intérieur. Elles nous apprennent sur la nature humaine, sur nous-mêmes. Le reste n’a pas d’importance, ou très peu. Ne pas chercher à comprendre ce que l’on est et avancer tel quel, c’est accepter la corruption de l’esprit, la mort à petit feu.


Et la techno bat son plein. Difficile de suivre le fil de la réflexion, on raconte du décousu. Le vent se lève par rafales. Ça ramène des grains. On ferme alors tous les hublots pour les rouvrir ensuite, pour amener des courants d’air. De l’air, de l’aire…

31 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page