Rechercher

Bas les masques..

Dernière mise à jour : 10 janv.




En se baladant dans la marina de Cascais, ce Saint Tropez portugais, on reste toujours frappé par tous ces gens qui portent le masque, dont certains si bien. On dirait même qu’ils aiment la distance que ça créée. Pour certains c’est devenu un accessoire de mode, une nouvelle façon d’exister, ou plutôt une forme externe de ce que l’on est déjà : étrangers à nous-mêmes et aux autres. Le covid nous éclaire, il a mis à nu l’état de nos relations. Et là encore, la pensée entretient toutes sortes de motifs, de motivations, dont certains plus obscures que d’autres.


Quel que soit l’angle pris par les politiques ou les médias, ces sbires du pouvoir qui nous servent leurs BFM tv à flux tendu, ça arrange bien les affaires de tout le monde. Au-delà des diagnostics, symptômes ou manques de symptômes, du point de vue des représentations, psychologiquement, ce nouvel avatar incarne l’esprit des temps modernes. La distanciation physique et le confinement reflètent combien nous sommes devenus démunis, vides, seuls, isolé(e)s. Le covid incarne le fait de notre existence, c’est à dire l’étrangeté de ce que nous sommes devenus. Avec notre nouvel accessoire, on peut peut-être mieux comprendre ce que ressent la personne qui porte la burqa..


Pourquoi tant de méfiance, défiance, distance, isolement ? Parce que nous avons accepté le mode de vie actuel. Un mode de vie sans compréhension, sans perception, sans goût. Nous avons délégué le pouvoir à autrui : enseignants, spécialistes en tout genre, prêtres, pouvoir. Nous nous refusons de comprendre et de remettre en cause notre existence conditionnée. Nous préférons croire, espérer, rêver, nous évader, fuir... Nous nous sommes convaincus qu’il fallait travailler sur nous-mêmes. Nous sommes ainsi devenus des micro-entreprises à guichets fermés. Pauvres diables !


Redisons-le au risque de se répéter, il n’y a rien à devenir, pas plus riche que pauvre. Et il n’y a rien à préparer, anticiper, contrôler. Notre vie nous échappe, et tant mieux. Quand nous deviendrons proche de ce que nous sommes réellement alors la distance cessera, et les masques tomberont.


22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout