Rechercher

Non, l'espoir ne fait pas vivre...

Dernière mise à jour : 28 mars



On a tendance à accepter trop facilement les formules isues du passé, des traditions et de l'éducation. On cesse de questionner car la routine du quotidien meuble tout l'espace disponible. On est bien trop occupé à devenir, à espérer... Mais faut-il formuler et attendre quoi que ce soit de l'avenir ?


Et bien l’espoir ne fait pas vivre monsieur, car espérer est une forme d’évitement de ce qui est, encore un piège habile de la pensée qui veut gagner quelque chose. Espérer engendre le conflit, la contradiction et la déception. L’espoir est définitivement l’instrument de prédilection des autorités avides de pouvoir, afin de les manipuler et de leur faire miroiter toutes sortes d'abstractions et de notions vides de sens. Ça permet aussi d'inventer des idéologies et des systèmes de croyance.


L’espoir est une forme de projection de la pensée qui souhaite acquérir une expérience plaisante, assouvir un plaisir. Contrairement à ce que l’on pense, l’espoir ne porte aucune vitalité car il n’y a nulle vérité hors des faits, l’attente d’une amélioration, d’une tournure plus favorable, d’un ailleurs autrement.

On espère que notre existence continuera au-delà de la mort du corps. On espère obtenir une meilleure position sociale, avoir toujours plus d’argent, être plus performant dans la course, plus érudit, avoir une plus grosse bagnole, voir l’OM gagner contre le PSG etc.. On ne fait que se projeter dans ce qui n’est pas, ce qui est contradictoire, et puis on est déçu de ne pas l'obtenir.


Cette fuite en avant a tout de la contradiction et ne fait que susciter du désarroi et de la déception au final. Constater le fait de notre existence conditionnée sans fuir ni justifier ni condamner est la plus haute forme d’intelligence, car du constat l’action juste est possible immédiatement. Et de l’action la transformation de l’individu. Nul besoin d’espérer, il faut juste le faire.

22 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout