Rechercher

L’esprit qui n’est pas occupé peu apprendre.

Dernière mise à jour : 20 nov. 2021



Ne plus être encombré par les soucis du quotidien et vivre simplement permet à l’esprit d’être léger et peu encombré. Il lui permet de rester alerte et d’apprendre de tout, car l’éducation est partout, c’est une chose vivante et non pas figée.


Cependant l’éducation telle que nous la connaissons consiste à entrainer la mémoire, à découvrir des connaissances technologiques et obtenir un diplôme pour ensuite avoir un emploi. Le tout étant mécanique et sans grande profondeur. Sans compréhension globale du sens de l’existence, l’éducation a bien peu de valeur.


Ce que la société offre aujourd’hui comme éducation est une forme de violence : passer des examens, la compétition, les velléités ambitieuses. Comparer les élèves détruit leur élan, c'est une compétitive et destructive façon de se préparer à la vie.

Mais est-il possible de vivre en ce monde sans la compétition, avec l’intensité, l’énergie et la passion mais sans l’ambition ? Cela demande une grande intelligence de la part des enseignants de cultiver la non dualité. Mais alors qu’est-ce que l’éducation et quelle est la fonction de l’éducateur ? Quelle est sa relation avec l’élève et avec les parents ? La relation est-elle basée sur le fait de donner de l’information, depuis le statut de quelqu’un détenant la connaissance ? Alors l’éducateur n’a aucune relation avec l’élève.. Mais si l’éducateur descend de sa plate-forme, de son statut d’autorité, de son arrogance, et qu'il essaie d’établir une relation avec l’élève, la nature de la relation est toute autre. S’il est concerné non seulement par l’enseignement de la connaissance technologique mais aussi par la totalité de l'être : ce qu’il mange, ses habits, sa démarche, son élocution, son comportement, tout cela faisant partie de la relation, alors sa contribution prend une autre dimension.


PAR CONSÉQUENT IL N'Y A PAS DE DIVISION, DE SÉPARATION ENTRE L'ENSEIGNANT ET L’ENSEIGNÉ..

Il n’est pas juste celui qui informe, mais celui qui est profondément concerné par l’élève. Ce qui veut dire concerné par lui-même ainsi que par l’élève. Car l’étudiant arrive conditionné à l’école. Il est conditionné par ses parents, ses amis et ses voisins. De même, l’enseignant est lui-même conditionné, n’est-ce pas ? Donc la responsabilité d'un bon enseignant est d’expliquer à l’élève que tous deux sont conditionnés, ils explorent ensemble ce conditionnement de sorte qu’il y ait une vraie relation, sans division. Cela implique que l’enseignant s’occupe de l’élève profondément, avec affection et amour. De l’autre côté, les parents sont eux-mêmes conditionnés par leurs croyances, ambitions, manque de temps pour leurs enfants. Ils doivent travailler pour gagner plus d’argent, acheter plus de voitures et tout le reste. Donc il n'y a que très peu de relation à ce niveau aussi. Les parents peuvent-ils être concernés par le développement total de l’enfant et d’eux-mêmes, avec l’aide des enseignants, tous ensemble ?


Et puis il y a l’histoire : enseigner l’histoire. Comment enseigner autre chose que des dates, des rois, des guerres et les dates des guerres, dans le but de glorifier son pays et ses gouvernants.


ENSEIGNER LA SIGNIFICATION DE L'HISTOIRE, QUI EST L'HISTOIRE DE L’INDIVIDU.

Lui raconter non seulement le factuel des rois et des reines mais l’extraordinaire histoire de l’homme qui a grandit pour être ce qu’il est..


Comment s’y prendre pour lui enseigner cela ? Non pas l’histoire nationale mais l’histoire de l’humanité. L’individu est la totalité de l’humanité n’est-ce pas ? Il est l’incarnation de la totalité de l’espèce humaine, c’est un fait, une absolue vérité et pas juste une idée. Il va être amené à souffrir, si ce n’est pas déjà le cas depuis longtemps.

Et puis il y a les guerres, les communautés : Etats-Unis, Angleterre, France, toutes ces divisions et pourquoi elles existent, de sorte que l’élève comprenne l’histoire globale à travers son histoire personnelle et non pas celle des livres, des philosophes ou des spécialistes. Il peut ainsi devenir authentique, un individu total et non pas une personne de seconde main comme nous autres. Il y a aussi les mathématiques et la compréhension de l’ordre, la conscience de l’ordre : l’ordre au quotidien. Comment bien se nourrir, agir et communiquer. Il y a aussi la considération, la politesse. Donc il est nécessaire d'enseigner l’ordre et le respect de l’autre, et non pas imposer des disciplines. Car le sujet de l’ordre concerne aussi bien les enseignants, que les parents et les enfants. On peut ensuite relier l’ordre avec l’algèbre et tout le reste, toujours en relation avec l’existence et le quotidien.Tout cela sans la discipline, qui est la compulsion, récompense, punition, notes, évaluations. La relation enseignant élève ne doit pas être celle d’un grand frère ni d’un professeur, de quelqu’un d’extérieur, mais plutôt ensemble. L’école doit s’apparenter au loisir, avec un esprit qui n’est pas occupé avec des livres, la famille, les problèmes.


CAR SEULEMENT L'ESPRIT QUI N'EST PAS OCCUPÉ PEU APPRENDRE.
32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout