Rechercher

La quête de sécurité.

Dernière mise à jour : 13 mai



On passe la plus grande partie de sa vie en quête de sécurité psychologique. On a peur de l’inconnu, alors on voudrait pouvoir tout contrôler. On est vite contrarié quand les choses ne se passent pas comme on a prévu. On vit alors dans la peur. Peur de perdre son boulot, sa femme, son statut chèrement conquis. Peur de perdre ses petits plaisirs, ses distractions, peur de la maladie, de la mort. Peur de perdre tous les attachements auxquels on s’est identifié.

Vivre en cherchant la sécurité c’est se conformer à des schémas, des routines, des habitudes et des automatismes. On en perd d’être spontané, alerte et vivant. Faute de quoi on calcule, on compte, on mesure, on choisit, et la confusion s’installe. On s’invente un dieu, c’est une façon de donner de la continuité aux choses, de s’imaginer un au-delà autrement.

Le fait est qu’il n’y pas de permanence, rien qui ne dure. La beauté réside dans ce constat. Il n’y a aucune continuité à donner à quoi que ce soit. Il faut juste prendre les choses comme elles viennent, observer attentivement et comprendre les mouvements, les élans, l’ordre naturel. A vouloir tout contrôler, tout sécuriser et tout calculer on devient bien trop centré sur soi-même, sa petite famille, son petit confort et ses petits privilèges. On devient égoïste, et alors tout rétrécit. On n’est plus connecté au grand tout, on vit des vies isolées.


La quête de sécurité prend toutes les formes : accumulation de connaissances, argent, ambition, croyances, traditions, mariage, enfants, maison, certitudes, trop manger, etc.. etc.. rien est épargné.

C’EST LA QUÊTE DE SÉCURITÉ QUI ENGENDRE L'INSÉCURITÉ !
9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout