Rechercher

Savoir ne rien faire.

Dernière mise à jour : 25 nov. 2021




Aujourd’hui est un jour de pluie. Aussi faut-il savoir ne rien faire de temps en temps, et profiter du temps offert. Il est important de savoir rester immobile, attentif aux différents mouvements intérieurs. Car ne rien faire et observer en soi est une activité bien plus riche que l'activité incessante. Cela nécessite une certaine qualité d’attention pour observer l’instant avec détachement, sans le besoin d’acter quoi que ce soit...


Nous nous sommes identifiés à l’action et nous avons accepté de nous définir par ce que nous faisons. Mais nous en avons oublié l’essentiel : nous-mêmes. Car l’action est bien souvent un moyen habile d’occulter sa "vie intérieure". Quand nous faisons, nous ne pensons pas.

Bien sûr la vie réclame certaines activités, par nécessité. Il faut bien se lever le matin, se nourrir, travailler, et puis gagner de l’argent etc.. c’est entendu. Mais est-ce que notre vie se résume à cela ? Y a-t-il autre chose que cette forme d’activité ? La journée doit-elle nécessairement être une succession de tâches et de contraintes liées aux besoins de se nourrir, de se vêtir et d’avoir un toit ?


A force d’activités nous avons négligé de comprendre ce que nous sommes. Nous ne savons pas grand chose de ce qui se passe intérieurement. Nous avons quelques vagues idées, surtout des images, mais la réalité est souvent bien différente. Nous avons construit notre personnalité par défaut, à grands coups de compromis, pour s’adapter. Nous n’avons jamais vraiment pris le temps d’observer le monde autour de nous, ni en nous-mêmes. Nous sommes trop occupés à faire et à devenir. Nous accumulons toutes sortes d’idées, de théories et de choses matérielles. Une activité faisant place à une autre...


Observer comme écouter nécessite une qualité d’attention dans laquelle la pensée s’arrête de courir, sans objectifs. Or nous ne fonctionnons qu’à travers les challenges et les défis lancés par la pensée.

L’activité incessante de fourmis dans notre vie est la conséquence d’actions sans fin et du manque d’attention. Nous négligeons l’essentiel : la perception de ce qui nous constitue. En comprenant toute la structure psychologique de l’activité, du sport, de la douleur et de la violence, il est possible de mettre la maison en ordre, de régler ses problèmes et non pas de les déplacer. Il nous faut consacrer le juste temps nécessaire aux différents aspects de notre vie, sans exagération, sans déséquilibre, sans violence ni souffrance.


Percevoir c’est d’abord observer attentivement, puis agir ensuite. L’action qui en découle n’est plus de même nature.

41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout