Rechercher

Le grand spectacle télévisé.

Dernière mise à jour : 28 mars



N’ayant pas de télévision, j'échappe assez facilement aux informations anxiogènes véhiculées par tous ces médias colportants leurs immondes déballages d’obscénités. J'en suis épargné, libéré, débarrassé du cauchemar, et la vie est bien plus douce, plus belle, moins conditionnée.

Il semblerait qu’une grande partie de l’humanité succombe à la tentation du grand spectacle télévisé, de l’info en continue, pour se tenir informé disons-nous.

Mais quel est ce besoin d’accumuler des faits isolés, tronqués, vidés de leurs contextes et orientés par des sondages bidons ? Pourquoi sommes-nous devenus si dépendants du prochain journal télévisé ? Est-ce que ce dernier nous permet de mieux comprendre l’état de nos relations, l’origine des conflits, la corruption de l’esprit moderne, les divisions engendrés par toutes les formes d’idéologies ? Est-ce que cette forme d’information nous permet de mieux comprendre la nature humaine, de mieux nous comprendre ?


Nous sommes piégés dans une logique de distraction là encore, une forme de sensationnalisme, sans nul doute. Mais de quoi avons-nous besoin d'être distraits au juste ?

Nous aimons être stimulés, malmenés, perturbés, chahutés dans les émotions et avoir peur.. Nous voulons du frisson et des sensations. Nous faisons comme tout le monde, ça donne le sentiment d’être en vie, d’avoir des choses à dire, de prendre partie et d’avoir des opinions. C’est facile d’absorber de l’info comme une oie gavée, il faut juste accepter d’en prendre plein la tronche, c’est tout. Mais le contenu n’a pas grand intérêt, de toute évidence. Il ne permet pas de se libérer du conditionnement, ni mème de comprendre la nature humaine. Il ne permet pas d'observer cette structure anarchique qu’est la société, ni d’être libre. Il n’offre pas la clé de la compréhension.


Il engendre de la peur, de la colère et conditionne un peu plus, voilà tout. On aurait plutôt besoin d'être informé plus justement, mais pour cela il faudrait dénoncer tant de choses mensongères : le pouvoir et l’argent, les religions organisées toutes en guerre les unes contre les autres, le nationalisme et ses divisions, l’éducation et sa glorification de la nation. Il faudrait tout exposer n’est-ce pas ? Le grand déballage quoi.

Mais ça ne se fait pas voyons ! On n’a pas le droit de dire la vérité. C’est comploter n'est-ce pas ? Et puis les gens ne comprendraient pas, ils n’iraient plus voter.. Les chaînes d'informations sont subventionnées monsieur, elles ne peuvent pas balancer, elles sont bien tenues par une oligarchie d'entre-soit. Non, l’information et le journalisme sont là pour vendre de la peur et des sensations et pour faire de l’audimat. C’est du cinoche gore déguisé, de l’attrape nigaud pour les nuls...


Le soucis de cette forme d’addiction c’est que pendant ce temps là, on s’éloigne un peu plus chaque jour de la perception de ce qui est, de nos multiples conflits, contradictions et souffrances. En attendant le compteur tourne et le bateau prend l’eau. Il n’y a pas d’informations, rien à être informé de, pas de faits à accumuler. Car la vérité est un pays sans chemin (disait K.), il faut avancer seul, sans béquilles, sans distractions.

Car seulement ce que l’on découvre par soi-même a de l’intérêt. Seulement ce que l’on a validé comme indiscutable a de l’intérêt.

Seulement ce que l’on a expérimenté par nous-mêmes comme étant vrai a de l’intérêt, et non pas ces informations de seconde mains..


Tout le reste est sans importance.

75 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout