Rechercher

De la trahison et l'amitié..

Dernière mise à jour : 13 avr.



J'ai connu la trahison, avec un ami d'enfance, après 40 ans d'amitié à la vie à la mort. On a fait les quatre cent coups ensemble, vécu les plus grands délires, partagé les plus grandes joies, découvertes, peurs, emmerdes.. On se connaissait comme nul autre…

On avait loué un catamaran avec skipper pour un mois, à naviguer dans la Caraïbes, et décidé de faire une plongée en bouteilles à Saba, une petite ile non loin de Saint Martin. Ayant tous deux un niveau 2 de plongée, le club dans lequel on avait décidé de faire cette plongée nous a laissé libre, en toute autonomie, de faire une descente à environ 40 mètres de profondeur pour y découvrir une petite épave.


Nous avons ainsi profité d'environ 30 minutes d'observation avant que je ne m'aperçoive que j'avais consommé la totalité de l'air de ma bouteille. J'étais arrivé au bout, plus moyen de respirer, soudainement. J'avais une respiration plus rapide que mon ami et étant à proximité (on se suivait) je suis venu à lui pour manifester mon manque soudain d'oxygène, et ce afin de pouvoir utiliser le deuxième embout de son détendeur prévu à cet effet. Lui respirait très lentement et disposait d'environ 20 minutes d'air, largement de quoi partager, et faire une remontée imprévue, à deux..


Mais Maurice ne l’a pas entendu ainsi. Il a pris la fuite, me repoussant et palmant en s'éloignant, tout naturellement, me laissant en plan dans une situation plus que critique… J'ai dû me rendre à l’évidence que personne ne viendrait à mon secours. J'ai entamer une remontée en flèche sans pouvoir faire les paliers indispensables pour évacuer l'azote dans le sang et ainsi éviter un potentiel arrêt cardiaque.. Autant dire que j'ai risqué ma vie à remonter aussi vite, après 30 minutes à 40 mètres de profondeur.

J'ai compris ensuite que c'était par égoïsme qu'il avait agit ainsi, pour ne pas avoir à écourter son plaisir solitaire sous l'eau. Il ne l'a jamais avoué, prétendant ne pas avoir compris ce qui s’était passé.. Mais le fait était là, indiscutable.

Je me suis trouvé dans un état second, vaseux, avec des pertes d'équilibre pendant les deux jours qui ont suivi. Un silence de plomb enveloppait le bateau, c'était le fin d'une amitié de 40 ans.


Cette expérience m'a permis de comprendre beaucoup de choses sur la nature profonde de l’être humain.. L'amitié n'échappe pas à l'égoïsme. La durée n'a rien à voir avec le lien d'amitié. L'individu est avant tout concerné par son devenir, sa quête de plaisir, et tant que rien ne vient perturber cela il peut parler d'amitié. Mais dès lors que vous niez un plaisir à l'autre, gare à vous, car alors l'amitié n'existe plus.


C’est drôle comme on peut se sentir si proche d’un parfait inconnu et parfois si loin des gens qui nous sont proches.

C'est sûr, l'amitié ne se construit pas dans le temps, progressivement, car ce qui s’accumulent sont les souvenirs et le passé : sans grand intérêt.

Ce qui a de la valeur est la qualité du contenu partagé, son intensité, la possibilité de découvrir quelque chose de neuf et d’aller au-delà de soi-même, de son conditionnement, ensemble et respectivement. Cela nécessite un certain sérieux, de la passion, de l’humilité et de l’amour aussi. Bien peu de gens sont curieux, malheureusement. Il semblerait que la vie ne leur permette plus d’envisager les choses autrement, de considérer le quotidien sous un autre éclairage.


On se sent parfois bien seul face au désert ambiant de l’esprit de nos compatriotes. Il est alors bien difficile de partager l’amitié, sauf à de rares exceptions. Courage pour soi tout seul !

59 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout