Rechercher

De la solitude et l’isolement.

Dernière mise à jour : 15 avr.



Nous venons de faire la rencontre d’une famille en provenance de Bretagne, qui navigue sur un catamaran de 38 pieds. Ils ont eux aussi quitté leur routine pour vivre la grande aventure. Ils ont vendu leur maison, tout ce qu’ils avaient..

"ils ont plaqué leur petite sécurité pour découvrir quelque chose de plus profond.. "

Il devait souvent s’absenter pour des missions, et elle devait gérer l’intendance de la famille en son absence, sans jamais chercher à savoir ce qu’était le théâtre de manoeuvre de son mari.. On pouvait palper l’isolement psychologique des deux, celui de ne pouvoir partager le quotidien avec son conjoint. Ils sont attachants par leur humanité, gentillesse et générosité et l’on peut saluer l’audace de ceux qui décident un jour de prendre la tangente, de rompre les amarres et de vivre pleinement l’existence...


Il y a une qualité dans la solitude qui n’est pas dans l’isolement.


Dès lors que l’on pense par soi-même et que l’on ne suit plus aucun système ni dogme, on devient totalement seul psychologiquement. Ne plus s’identifier à un pays, un statut, et ne plus fonctionner à travers des images (de soi ou des autres..) c’est mourir à ce que l’on est, c’est à dire à l’égo. De cet espace non encombré par la pensée, il y règne une qualité d’attention qui permet l’écoute et la relation à l’autre. Car vivre c’est être en relation. Sans cela, on est mort. L’isolement est autre chose. Cela implique de donner une telle importance à ce que l’on est, que l’on en perd la capacité à se connecter aux autres.


On est plein de soi-même, encombré par ses propres valeurs, jugements, certitudes, croyances, traumatismes, expériences, égoïsme, et on n’en perd la capacité d’attention à tout ce qui nous entoure. C’est une forme de schizophrénie où il y règne une peur profonde née de l’isolement, et une paranoïa aigue, à force d’avoir rompu tous les liens.. Être seul et attentif : à l’oiseau sur une bouée en quête de lien.. à la souffrance de tous ceux qui sont prêts à fondre en larme si seulement on les contredit.. à la lumière blanche du matin dans la brume.. c’est être connecté à tout, sans le besoin de posséder ni s’identifier..


Que se passe-t-il alors ? Plus de conflits. Tout est en ordre, et l’on peut ainsi aimer pour la première fois...

35 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout