Acerca de

qu'est-ce que la psychologie moderne ?

Pour entreprendre tout changement profond il est nécessaire de comprendre les mécanismes psychologiques à l’oeuvre. Mais qu’est-ce que l’analyse au juste, et que veut dire se faire analyser ? Une analyse implique un analyseur et un analysé, n’est-ce pas ? Cette dernière consiste donc à dissocier le contenant du contenu, à observer les événements de l’extérieur, espérant donner une explication aux actions passées. Pour cela il faut donner de l’importance à son histoire, au moi qui raconte, au "je" qui se raconte. Le grand déballage intérieur invite naturellement toutes sortes de réactions, jugements, culpabilité, justifications, condamnations et fuite, impossible d’y échapper.. Et tout ramener au complexe d’Oedipe: à vouloir tuer son père pour coucher avec sa mère est grotesque. Ces explications sont issues de psychopathes perdus dans la sexualité, le mépris de la femme et la glorification du pathos. Non, la méthode est erronée, usée après 50 ans de bons et loyaux services.

On parle aussi d’inconscient, mais qu’entendons-nous au juste ? Un espace où l’on sauvegarde des souvenirs, des blessures, des conflits. Un espace d’où la conscience est absente, n’a pas d’accès direct ? Non, nous rejetons tout cela ! Ce que nous appelons inconscient n’est ni plus ni moins que le fait de ne pas vouloir régler ses problèmes et de les mettre de côté, sous le tapis pour ainsi dire. On les cache pour ne plus les voir. Mais si nous réglions nos problèmes sans les fuir, l’inconscient existerait-il ? Non, de toute évidence, tout comme les rêves d’ailleurs. La pensée à inventé l’inconscient pour ne pas se sentir responsable, esquiver la responsabilité et se réfugier derrière un concept pseudo mystérieux, qui nous dépasserait, et que seuls les spécialistes pourraient déchiffrer et nous expliquer.

 

Pour résoudre nos multiples problèmes, ne faut-il pas plutôt percevoir la nature conflictuelle et intrinsèque à l’égo et mourir à ce que l’on est, à notre conditionnement ? Ne faut-il pas abandonner toutes nos croyances, certitudes, convictions, valeurs et jugements ? Plutôt que de donner tant d’importance à nos petits problèmes, ne serait-il pas plus juste de voir que notre souffrance est bien peu de chose, qu’elle est commune à la souffrance de l’humanité, et qu’elle ne mérite pas qu’on lui accorde autant d’importance ? Ainsi l’égo serait absent !

 

Percevoir la nature d’un conflit nécessite une attention totale, sans observateur, sans justification, sans condamnation ni fuite.. De ce constat naît une action totale, juste, vraie, et le conflit cesse, immédiatement.